Contribution #61

40-44 ans
Cadres et professions intellectuelles supérieures
École d’ingénieurs, école de commerce
4
De 49 351 à 63 210
38

Santé - Un ministère de l'alimentation

Il y a un ministère de la santé, du logement, mais pas de l'alimentation. En France nous avons largement les moyens pratiques et financiers pour nourrir toute notre population, pourtant 1 citoyen sur 5 ne mange pas à sa faim (source: Le Parisien/Secours Pop). Un citoyen ne peut jouir de ses droits (éducation, travail, etc.) si ses besoins essentiels - se nourrir, être logé, en bonne santé - ne sont pas satisfaits. Ce ministère aura une mission simple mais essentielle : s'assurer en permanence que chacun a accès à une nourriture suffisante, de qualité et que s'alimenter soit simple et évident et non un stress quotidien: * Il s'appuiera sur les structures existantes : associations, cuisines centrales, légumeries, etc. et les aidera à se développer; il en créera en aidant les collectivités publiques qui n'en ont pas * Il tendra à généraliser la "gratuité" des repas publics (cantines payées par l'impôt) et celle des travailleurs (repas payés par l'employeur) à l'aide de politiques fiscales adaptées * Il encouragera les métiers de bouche travaillant sur les produits frais et découragera ceux se contentant d'assemblages de produits industriels, aifn que la maxime "5 fruits et légumes par jour" deveienne une réalité pour tous * Il publiera un rapport annuel clair et complet indiquant l'évolution des statistiques et l'efficacité des mesures prises * Il aura un budget minimum de 1€/jour/citoyen dans la précarité alimentaire, ainsi la réduction de son budget - sport favori de nos politiques - sera indexée sur sa réussite (le besoin initial est donc d'environ 5 milliards d'€/an) Il aura évidemment des interactions et un impact positif sur l'agriculture ainsi que sur les emplois dans l'alimentation non industrielle (cantines, cuisines, hôtellerie, etc.), économie non délocalisable et stable.

Signaler